Espace presse

LA DEUXIÈME EXPÉDITION SCIENTIFIQUE FRANÇAISE EN ANTARCTIQUE

AOÛT 1908 – FÉVRIER 1910

Le Pourquoi pas ? est plus long (40 m. contre 32) et large (9,20 m. contre 7,56) que le Français, avec ses 825 tonneaux (contre 250 tonneaux) et une machine de 550 chevaux, il surpasse le Français, capable d’avancer à 9 nœuds dans de bonnes conditions. Ce sera le dernier navire de Charcot, celui sur lequel il disparaîtra en septembre 1936. […]

La deuxième expédition scientifique française en antarctique

Août 1908 – février 1910

Le Pourquoi-Pas ? est plus long (40 m. contre 32) et plus large (9,20 m. contre 7,56) que le Français, avec ses 825 tonneaux (contre 250 tonneaux) et une machine de 550 chevaux, il surpasse le Français, capable d’avancer à 9 nœuds dans de bonnes conditions. Ce sera le dernier navire de Charcot, celui sur lequel il disparaîtra en septembre 1936. […]

L’expédition vise à explorer la côte antarctique. Pour sa deuxième expédition, Charcot reçoit des instructions de l’Académie des sciences dans un programme détaillé rédigé par pas moins de 8 savants.

Charcot rencontre moins de difficultés à effectuer les préparatifs de sa seconde expédition. Il se lance dans cette nouvelle aventure en bénéficiant du patronage de trois institutions : L’Académie des sciences, Le Muséum national d’histoire naturelle et L’institut océanographique de Paris. Le gouvernement français dote l’expédition d’une importante subvention. Le budget global de l’opération se monte à 750 000 francs-or.

L’expédition explore d’abord la mer de Bellingshausen et la mer d’Amundsen, et découvre la Terre Loubet et l’île Charcot. L’hivernage 1909 se fait dans une grotte au sud-est de l’île Petermann, dans un endroit appelé Port de la Circoncision, parce que l’équipage y avait abordé le 1er janvier 1909 (fête de la circoncision de Jésus dans le calendrier liturgique catholique).

Début janvier 1909, le navire heurte une roche à fleur d’eau (64° 45’S, 63° 30′ O) et endommage sa quille. Après près plus de 24 heures d’efforts, le navire est libéré.

En 1909, ils découvrirent l’île Renaud, la côte Fallière (Armand Fallière était à l’époque président de la République), les îles Mikkelsen, l’île ou le cap Pavie (le caractère insulaire du lieu n’avait pu être vérifié), l’île Adélaïde, l’île Millerand.

L'état major dU Pourquoi-Pas ?

Jean-Baptiste Charcot (1867-1936)
Chef de l’expédition, commandant du Pourquoi-Pas ?, médecin de l’expédition et bactériologue. La marine met à disposition de la mission trois enseignes de vaisseau

Jules Rouch (1884-1973)
Responsable de météorologie, électricité atmosphérique, océanographie physique

Ernest Gourdon (1873-1955)
Géologue et glaciologue

Louis Gain (1883-1963)
Zoologue et botaniste

Maurice Bongrain (1879-1951)
Cherbourgeois, qui sera second de l’expédition, chargé des observations astronomiques, hydrographiques, sismographiques et de gravitation terrestre

René-Émile Godfroy (1885-1981)
Étudiera les marées, la chimie de l’air

Jacques Liouville (1879-1960)
Médecin et zoologue, neveu de Charcot

Albert Senouque (1882-1969)
Physicien chargé du magnétisme, de l’actinométrie et photographe scientifique

L'équipage

Cholet > Patron

J. Jabet > Maître d’équipage

J. Besnard > 2ème maître d’équipage 

Aveline > Matelot

Boland > Matelot élève de la marine marchande

Denais > Matelot

Dufrèche > Matelot

J. Guéguen > Matelot

Hervé > Matelot

Lerebourg > Matelot

Nozal > Matelot élève de la marine marchande

Thomas > Matelot

Rosselin > Chef mécanicien

Poste > Second mécanicien

F. Guéguen > Chauffeur

Lhostis > Chauffeur

Monzimet > Chauffeur

Libois > Chauffeur et charpentier

E. Goudier > Chef mécanicien

Frachat > Mécanicien des moteurs à essence

Modaine > Cuisinier

Poste > Second mécanicien

Paumelle > Maître d’hôtel

Van Acken > 2e maître d’hôtel, de nationalité belge, embarqué à Punta-Arenas, où il est établi

Les escales lors de l'expédition

18 mai 1908 > Lancement du Pourquoi-pas à Saint Malo

28 juillet au 15 août > Le havre

15 août > Départ du Havre

15 au 31 août > Cherbourg

1er au 5 septembre > Guernesay

12 au 16 septembre > Funchal

22 au 23 septembre > Baie de Porto Grande Cap-Vert

12 au 20 octobre > Rio de Janeiro

28 octobre au 23 novembre > Buenos Aires

1er au 16 décembre > Punta Arenas

17 au 18 décembre > Port Edwards

22 au 25 décembre > Ile Déception Antarctique

26 au 29 décembre> Port Locroy

29 au 3 janvier 1909 > Port Charcot

3 au 6 janvier > Port Circoncision

9 au 12 janvier > Port-Circoncision

3 février au 25 novembre > Port Circoncision

27 novembre au 23 décembre > Ile déception

24 au 30 décembre > Baie de l’Amirauté

31 décembre au 6 janvier 1910 > Ile Déception

1er au 5 février > Baie Tuesday (Détroit de Magellan)

5 au 10 février > Rade de Puerto Gallante (détroit de Magellan)

10 au 11 février > Baie St Nicolas (Détroit de Magellan)

11 au 25 février > Punta Arenas

6 mars au 6 avril > Montevideo

11 au 19 avril > Rio de Janeiro

25 au 28 avril > Pernambouc

19 au 23 mai > Punta Delgada (Açores)

31 mai au 2 juin> Guernesay

3 au 4 juin > Le Havre

5 juin> Duclair

5 juin > Rouen